Biennale africaine de la photographie : Bamako (ra) conte le temps à travers les objectifs


« Telling Time » ou « conter le temps » est le thème de la 10ème édition des Rencontres de Bamako, biennale africaine de la photographie, qui a démarré le 31 octobre 2015, sous la présidence de Modibo Keita, Premier ministre du Mali.

Après 4 années d’interruption, les Rencontres de Bamako reprennent leur droit pour le bonheur des photographes africains. « Durant 4 ans, les photographes africains nous ont sans cesse interpellé. Certains avaient même proposés de faire la biennale de façon symbolique », c’est par cette phrase à relent pathétique que Samuel Sidibé, Délégué Général des Rencontres de Bamako, a introduit ses propos lors de la cérémonie d’ouverture de l’édition 2015 de la manifestation phare de la photographie africaine.
Après avoir remercié tous ceux qui ont contribué à la reprise de l’évènement, le Délégué général a attiré l’attention du Premier ministre malien sur la pérennisation de la manifestation dont l’importance n’est plus à démontrer. « Depuis 20 ans, la biennale se tient tous les 2 ans. Mais, tous les deux ans, on cherche l’argent pour la tenir », a-t-il fait remarquer.
En sa qualité de Directrice de l’Institut français, coproducteur de la Biennale africaine de la photographie, avec le ministère de la culture du Mali, Anne Tallineau a indiqué que les Rencontres de Bamako, manifestation emblématique de la photographie africaine, est retour après une longue période d’interruption. Elle a insisté sur le caractère essentiel de l’évènement pour les photographes maliens et africains pour leur reconnaissance internationale. Selon elle, le thème « Telling Time » est une opportunité pour les photographes africains de voir le temps parfois sous le prisme politique, mais aussi politique.

Directrice artistique de la 10ème édition des Rencontres de Bamako, a indiqué que le Mali est à l’honneur avec la reprise de cette manifestation importante pour les photographes du continent. « En choisissant le thème « Telling Time », j’ai voulu que les artistes photographes parlent du temps que nous sommes entrain de vivre », a-t-elle indiqué. Avant d’ajouter que l’une des grandes préoccupations, c’est de savoir comment propulser les photographes maliens sur la scène internationale à partir de Bamako.

Son excellence Gilles Huberson, ambassadeur de France au Mali est intervenu pour passer 3 messages. « Nous avons attendu et notre joie est à l’image de cette attente », a-t-il indiqué. Avant de dire à Samuel Sidibé et au Mali, de ne pas douter de l’engagement de la France et de l’Institut français pour cet évènement artistique.

Il a ajouté que l’organisation de cette 10ème édition est le symbole d’un Mali qui reprend toute sa place dans le concert des nations. « On peut venir faire une biennale à Bamako, le Mali renvient dans la normalité », a-t-il indiqué. Avant de dire au titre de son 2ème message que l’engagement de la France est le témoignage d’une amitié entre les peuples français et maliens. Et, son 3ème message fut un message de joie pour cette manifestation qui reprend de plus belle. Il a estimé que les Rencontres de Bamako est une vitrine unique pour la promotion des photographes. Il a ensuite loué les mérites artistes du Mali dans tous les domaines des arts et de la culture. « L’art est une force pour le Mali », a-t-il indiqué. Avant de conclure que Samuel Sidibé continuera de porter la biennale avec le soutien de la France.

Mme N’diaye Ramatoulaye Diallo, ministre de la culture du Mali, a rappelé qu’organisées tous les deux ans depuis 1994, les Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, sont la première et la principale manifestation consacrée à la photographie africaine. « Véritable plateforme de découvertes, d’échanges et de visibilité, les Rencontres de Bamako s’inscrivent comme lieu incontournable de révélation des photographes africains et de rencontres avec les professionnels du monde entier », a-t-elle déclaré.

Le ministre de la culture a estimé que les Rencontres de Bamako ambitionnent de soutenir le développement professionnel des photographes africains et de contribuer à l’émergence de la photographie africaine comme moyen d’expression artistique susceptible de véhiculer une image du continent produite par les africains eux-mêmes. Elle a indiqué que c’est le lieu par excellence pour créer les conditions de valorisation de la création photographique africaine dans un contexte international afin de permettre aux photographes d’accéder au marché international.
« L’art est aux antipodes de la violence », a déclaré le Premier ministre malien.

Avant de dire à tous les photographes qui ont choisi de venir au Mali pour cette 10ème : « en venant au Mali, vous avez démontré que le Mali ne défit pas le temps, mais s’inscrit dans le temps ». C’est par cette phrase très philosophique que le Premier ministre a ouvert la 10ème édition des Rencontres de Bamako.



Assane Koné(Mali)

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO