La Biennale Africaine de la Photographie « Conte le Temps » en 2015


Après 4 années d’interruption dues à la crise qu’a vécu le Mali en 2012, les Rencontres de Bamako, 10èmes du genre, connues également sous l’appellation de Biennale Africaine de la Photographie, vont se dérouler à Bamako du 31 octobre au 31 décembre 2015. Pour lancer l’évènement, le Délégué général Samuel Sidibé, la Directrice artistique Bisi Silva et les Commissaires Antawan I. Byrd et Yves Chatap étaient face à la presse le 24 octobre dernier.

Cette édition 2015 a pour thème « Telling Time », Conter le Temps en français. Les photographes et vidéastes sont donc invités à raconter l’Afrique et le monde de manière a créer un lien entre le passé, le présent et le futur.Outre la célébration d’un anniversaire important pour ce genre de manifestation artistique, la Biennale permettra également de magnifier la reprise du « cours normal des choses », avec une présence très positive de notre pays au plan mondial.

Les Rencontres de Bamako 2015 vont investir de nombreux lieux de notre capitale, autour de l’exposition internationale qui sera abritée par le Musée National du Mali. La sélection des artistes qui y prendront part a été effectuée par appel à candidatures, avec un nombre record de dossiers déposés.

En effet, en provenance des 54 pays africains et de la diaspora, ce sont 800 candidatures qui ont été reçues, 4 fois plus que pour l’exposition 2011. 39 ont finalement été retenues, 26 pour la photo et 13 pour la vidéo.Samuel Sidibé, Directeur du Musée National du Mali, est le Délégué général de la Biennale africaine de la Photographie depuis 2008. Pour lui « on ne cessera de le répéter, les Rencontres de Bamako constituent une plateforme unique de visibilité pour les photographes du continent et de la diaspora. Depuis plus de vingt ans, elles exposent aux publics bamakois, africain et international les talents de ces artistes.

Elles participent ainsi à l’émergence des photographes africains en étant un moteur de création, d’espoirs et la réalisation d’un rêve pour nombre d’entre eux : être reconnu et pouvoir vivre un jour de son travail.La Biennale est aussi une singulière fenêtre de visibilité pour mon pays, le Mali. Nous sommes fiers d’y accueillir les artistes et les professionnels du monde entier ».Cette année, le gouvernement du Mali s’est particulièrement impliqué dans le financement de la Biennale de la photographie, en injectant 85 millions de FCFA dans son budget.
Rappelons que le partenaire historique des Rencontres de la photographie est l’Institut Français, dont la Directrice au Mali, Mme Corinne Miccaeli Mulholland, était présente lors de la conférence de presse.

Le représentant de la compagnie aérienne Royal Air Maroc, transporteur officiel de l’évènement, était également là, tout comme nombre d’opérateurs culturels, photographes et amoureux de la culture en général et de la photographie en particulier.Bisi Silva, la Directrice artistique de cette 10ème édition, est une commissaire d’exposition indépendante qui a fondé et dirige le Centre for Contemporary Art de Lagos. Elle expliquera que les Rencontres 2015 vont investir 4 sites principaux à Bamako pour la programmation officielle et plus de 20 pour les Rencontres off.

Au menu, un focus sur le Mali, avec un programme pédagogique en direction des scolaires, une exposition d’œuvres de 8 photographes dont le Commissaire est Amadou Chab Touré et le « Studio Mali », entre autres.Un catalogue anniversaire de près de 500 pages sera édité à 1 500 exemplaires pour l’occasion. Il contiendra le fac similé complet de celui de la 1ère édition des Rencontres, qui n’étaient pas encore la Biennale, et sera imprimé par un partenaire allemand spécialisé dans les ouvrages de ce type. Une manière, certainement, de fêter dignement les 20 ans de la Biennale.

Antawan I. Byrd, doctorant en Histoire de l’Art à l’Université de Northwestern aux Etats Unis et Yves Chatap, un critique d’art, éditeur indépendant et historien de la photographie africaine contemporaine, les deux Commissaires, sont tour à tour intervenus ensuite pour compléter Samuel Sidibé et Bisi Silva.

A noter, dans le riche programme, l’initiative 1 384 jours, délai écoulé entre le début de la crise malienne et l’ouverture officielle de la Biennale, samedi 31 octobre prochain à 10 heures. L’appel à candidatures pour ce projet est encore ouvert, et toutes les photos correspondant à ce thème, qu’elles viennent de professionnels ou d’amateurs, sont vivement attendues !

Ramata Diaouré (Mali)

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO