HRAIR SARKISSIAN

Mémorial Modibo Keïta

Commissaire / Curator : Bisi Silva

Né en Syrie, d’origine arménienne, Hrair Sarkissian développe dans son travail photographique et vidéo une réflexion sur les thèmes de l’espace, du lieu, du conflit, de l’identité, et du temps. Nous présentons ici une oeuvre récente de Sarkissian, Homesick (2014), installation vidéo sur deux écrans où le spectateur assiste à la destruction par l’artiste d’une maquette du logement actuel de ses parents à Damas. Sur le premier écran, nous voyons l’immeuble de quatre étages qui commence à s’effondrer lentement, étage par étage, jusqu’à ce qu’il ne reste que des décombres, alors que sur le deuxième écran un homme, l’artiste, apparaît brandissant un marteau, il frappe à plusieurs reprises sur quelque chose qui est à peine perceptible. En effet, l’action qui se déroule sur un écran — le bâtiment en ruine — est la conséquence de l’action qui a lieu sur l’autre écran.Par ce geste performatif, l’artiste prend acte d’un pré- sent potentiel où lieux et souvenirs — à la fois individuels, familiaux, et collectifs — pourraient disparaître dans des contextes explosifs comme celui de la Syrie actuelle, ou d’endroits où une guerre civile prolongée menace de détruire ce que l’on a de plus cher.

Le temps, le déplacement et la notion de foyer sont inextricablement liés dans le travail de Sarkissian. Il y a plus de cent ans ses grands-parents ont quitté leur terre natale en Arménie pour échapper au génocide et ont déménagé en Syrie. Aujourd’hui, leur petit-fils ne peut pas retourner chez lui en Syrie à cause de la guerre qui dure. Divisé en deux écrans, Homesick structure le temps par une relation de cause à effet, définissant l’idée du foyer comme étant à la fois physiquement précaire et symboliquement fragile.

Institut Français
Ministère de la Culture de l’Artisanat et du Tourisme du Mali
© RENCONTRES DE BAMAKO